Partenariats

Parlons un peu de ce qui nous motive, de ce qui nous contraint et de ce que nous voulons faire de ce lieu. Cela nous permettra d’expliquer nos choix vis-à-vis de la notion de partenariat concernant ce blog.

D’abord, nous sommes deux personnes travaillant à temps complet, élevant un bébé à temps complet et lisant beaucoup. Le temps libre pour ce blog risque donc d’être souvent un handicap, tant pour rédiger un article que pour lire un livre nouvellement acquis rapidement. Jamais nous ne nous engagerons à lire un livre pour une date donnée et encore moins à en rédiger une chronique, nous le ferons si nous avons le temps.

Également, et nous sommes bien privilégiés, nous gagnons suffisamment bien notre vie pour nous offrir tous les livres qui nous font envie, seule la taille de l’appartement est une vraie contrainte sur le sujet. Nous ne cherchons donc pas à obtenir d’exemplaires gratuits, ce serait une entorse à nos principes. Nous pensons que nous devons rémunérer les auteurs, les éditeurs et les libraires.

Notre motivation pour rédiger nos chroniques est l’envie de partager notre ressenti, notre avis, sur un texte. Évidemment, nous le faisons pour que le texte soit connu de plus de lecteurs et donc, quelque part, nous pensons toujours écrire ici pour aider les auteurs des textes. Nous ne chroniquerons pas des textes que nous n’avons pas aimé, ou même simplement que nous n’avons pas l’envie de raconter. Et bien évidemment, nous souhaitons établir une relation de confiance avec nos lecteurs en ne disant rien qui ne soit ce que nous pensons.

Tout cela pour dire que nous sommes donc indépendants jusqu’au bout de la plume. Cela ne signifie pas que nous ne relayerons pas des informations d’auteurs ou d’éditeurs faisant la promotion de leurs œuvres, mais seulement que nous le ferons, car nous souhaitons les encourager et que nous aurons été convaincus par les contenus proposés.

Bien sûr, nous avons des relations d’amitié avec des auteurs, des libraires ou des illustrateurs. Et nous sommes prêts à augmenter ce cercle, pour preuve, nous ne refuserons jamais un verre ou une crêpe à l’occasion d’un salon (Lodael préfère les crêpes, Sylfraor les verres). Mais si vous voulez que nous parlions durablement en bien de vos publications, le seul argument qui nous intéresse est la qualité de celles-ci, toujours et seulement suivant nos goûts personnels. Pour nous convaincre de les lire, vendez-les-nous, sur les salons, en librairie, en nous envoyant un colporteur, mais vendez-les !